• Le 11 septembre 2001

    Le 11 septembre 2001

    le plus grand jour de magie de notre époque

    le plus grand jour de magie de notre époque


    24 juillet 2001

    La police d'assurance du WTC

    24 juillet 2001

    La police d'assurance du WTC

  • WTC et police d'assurance

    Perles du 911

    Certains prétendent que le WTC souffrait de "difficultés financières" avant le 11 septembre 2001, ce qui aurait motivé les "démolitions contrôlées" afin de "toucher l'assurance". Il paraît même que les locations étaient "en baisse constante" et que le désamiantage aurait coûté "plus d'1 milliard".

    En réalité, malgré la chute des locations suite aux attentats de 1993, le taux d'occupation a remonté à 90% en mai 1998, et au niveau très satisfaisant de 98% en février 2001.

    Le prix du m2 avait même atteint près de 10000 dollars, ce qui classait le WTC de New-York au 3è rang parmi les centres commerciaux des USA. Le WTC's Windows était le restaurant le plus fréquenté du pays.

    Bien que l'amiante fut choisi initialement pour le WTC, son usage a été restreint en 1970, après son application uniquement dans la tour Nord jusqu'au 38è étage. Et jusqu'en 2001, le désamiantage a été réalisé sur la moitié de ces étages. Lors d'un recours engagé en vain contre ses assureurs, le Port Authority avait estimé le coût total des travaux à 200 millions de dollars.

    Suite à l'attentat de 1993, la réparation du WTC a coûté plus de 500 millions. Celle du building Verizon, endommagé par la chute du WTC7, s'est élevée à 1,2 milliards.

    Quant au WTC1, le coût de désamiantage de 200 millions s'avérait nettement supportable, vu sa rentabilité énorme.

    La couverture contre le terrorisme contractée par Larry Silverstein était la norme dans les contrats d'assurance "tous risques", même avant 1993 pour le WTC. Le doublement des indemnités n'a rien à voir avec une supposée clause particulière pré-11 septembre 2001. Les 4,6 milliards qui lui sont dus ne couvrent pas le montant total de reconstruction du site, estimé actuellement à 7 milliards minimum. En résumé, Larry Silverstein n'a tiré aucun profit des attentats, bien au contraire.

    Pour couvrir le reste des coûts de reconstruction, l'Etat de New-York a alloué au site du WTC 3,4 milliards de dollars en Liberty Bonds. En contrepartie, Larry Silverstein a cédé à l'Autorité Portuaire ses droits sur la Tour Liberté et la Tour 5.

    Même si des partisans de la théorie du complot se plaisent à affirmer que le WTC était un gouffre financier avant le 11 septembre 2001, et que Larry Silverstein a réalisé des bénéfices substantiels lors de sa destruction, rien ne saurait être plus éloigné de la réalité.

  • L’attentat du World Trade Center, arnaque à l’assurance ?

    assurances.info

     

    Larry Silverstein pas si malheureux : Pour beaucoup le nom de Larry Silverstein ne dit pas grand-chose. Pourtant ce nom est célèbre aux États-Unis et encore plus depuis les attentats du 11 septembre 2001. Ce milliardaire américain qui est aussi dans le domaine de l’immobilier a acquis le bail du World Trade Center pour une durée de 99 ans et pour un montant de plus de trois milliards de dollars.

    Le changement de propriétaire s’est fait six mois avant le jour tragique des attentats et l’heureux nouveau propriétaire est plein de confiance dans l’avenir. Il pense pouvoir rentabiliser son investissement sans aucune difficulté et il a pour cela des projets révolutionnaires plein la tête.

    Pourtant il vient d’acquérir un bien immobilier qui n’a jamais rapporté le moindre sous depuis sa naissance et il faudra au moins une révolution pour que cela change. Tous les experts en immobilier savent bien qu’il est impossible de tirer des profits en exploitant le World Trade center. Au mieux on s’en tire avec de quoi régler les frais de fonctionnement. Mais quand un homme d’affaire investit plus de trois milliards de dollars ce n’est pas pour faire du sur place mais bien pour faire du profit. On peut donc se demander pourquoi un tel investissement dans une structure immobilière avec une rentabilité presque impossible ? Larry Silverstein serait-il un ignorant ? Peut-on être ignorant quand on est milliardaire ?

    En plus de son investissement de départ, le bon Larry a dû faire des travaux de rénovation à hauteur de 200 millions de dollars. Ce n’est pas que les tours du World Trade Center tombaient en lambeaux mais il a fallu remplacer du matériel de construction usagé voire dangereux pour la santé. Pour dire la vérité le World Trade Center était une réserve à amiante et, là encore, on fait mieux en matière d’investissement.

    Il semble même que le World Tarde Center était voué à la destruction car, d’un coté il n’était pas rentable et de l’autre, l’amiante présente dans les tours présentait un risque de santé public. Mais le coût de destruction, étage par étage était trop important et c’est la seule raison pour laquelle le World Trade Center se tenait encore debout avant le 11 septembre 2001.

    Mais Larry est un homme de cran et il a confiance en cet épouvantail qu’il vient d’acquérir pour une somme astronomique. Sa confiance semble cependant limitée puisque 6 semaines avant les attentats du 11 septembre, il change son contrat d’assurance et protège un peu plus ses tours chéries. Désormais il sera remboursé en totalité en cas d’attaque terroriste et même le montant des travaux qu’il aura effectué par la suite sera pris en compte.

    Sans doute une bien bonne idée de la part de notre milliardaire car 6 semaines plus tard deux avions s’écrasent sur les tours jumelles du World Trade Center. Un drame aussi bien humain que matériel. Pour Larry et ses associés rien de bien dramatique, souvenez-vous qu’il vient de changer son contrat d’assurance ! Il n’a plus qu’à attendre un remboursement et dans le monde des affaires il faut attaquer pour manger alors Larry va attaquer. Le milliardaire estime que le World Trade Center a été victime de deux attaques terroristes (deux avions) et donc il doit se faire rembourser pour deux attentats.

    Direction le tribunal car bien entendu, une plainte est déposée contre l’assurance. Et avec une personne comme Larry Silverstein à l’attaque, l’assureur risque de devoir sortir toutes ses dents contre une ribambelle d’avocats experts dans l’art de récolter le plus d’argent possible.

    La défense de l’assureur a d’ailleurs été assez logique puisque celui-ci a soutenu devant le tribunal que les évènements du 11 septembre constituent un attentat terroriste et pas deux. De ce fait le montant du remboursement devait être limité à 3,55 milliards de dollars, somme suffisante pour reconstruire les tours ou pour rembourser l’investissement effectué par Larry Silverstein.

    Cependant pour l’homme d’affaires américain il est question de deux avions donc de deux attentats et c’est pourquoi il estime qu’il doit se faire rembourser au "bas mot" 7 milliards de dollars ! Une estimation un peu surréaliste car avec un tel dédommagement notre déjà richissime Larry se retrouverait avec un profit net de plus de trois milliards de dollars.

    Le résultat du procès :

    La justice américaine a depuis rendu son verdict et considère les attaques du World Trade Center comme une double attaque terroriste dont chacune nécessite une indemnisation. En conséquence, l’assureur devra verser un dédommagement à hauteur de 4,6 milliards de dollars.

    Sachant que notre milliardaire et ses associés ont dépensé aux environs de 3,6 milliards en investissement (bail de location sur 99 ans plus travaux de rénovation), on peut estimer que ce n’est pas moins d’un milliard de dollar qui iront dans la poche de Larry Silverstein et de ses associés.

    Le 11 septembre 2001 est une date tragique pour de nombreux pompiers, policiers et travailleurs américains qui sont morts dans la destruction des tours du World Trade Center mais pour le nouveau propriétaire, Larry Silverstein, et ses associés c’est un jour béni. Un jour, qui leur permettra de toucher de la part de l’assureur, en plus du remboursement de leur investissement de départ, un surplus d’environ un milliard de dollar.

    Les conclusions qui s’imposent

    Nous sommes un site d’assurance et nous nous contentons d’essayer de vous expliquer les mécanismes de l’assurance du mieux possible. Mais les attentats du World Trade Center sont sans aucun doute l’événement le plus insolite de toute l’histoire de l’assurance du moins en terme d’argent.

    Nous laissons les théories du complot aux spécialistes de la question qui ne manquent pas d’arguments pour remettre en cause la version officielle de ses attentats. Chacun se fera sa propre idée et il n’est pas question d’essayer de vous influencer sur la question. N’hésitez d’ailleurs pas à nous laisser des commentaires pour nous dire ce que vous en pensez.

    Du point de vue qui nous concerne le plus, je veux parler de l’assurance, n’est-il pas étrange de changer son contrat d’assurance 6 semaines avant un événement tragique ?

    Si par exemple vous changez votre contrat d’assurance voiture et passez de la formule au tiers à la formule tous risques et que l’on vous vole votre voiture dans les 6 semaines, croyez vous vraiment que votre assureur ne va pas sentir le coup fourré et mener une enquête poussée ? L’assureur de Larry Silverstein n’aura pas la chance de faire son enquête car le gouvernement américain a classé l’affaire assez rapidement et interdit une contre enquête. Avec autant de dollars en jeu n’est-il pas envisageable que ce soit Larry Silverstein lui même qui est financé les attentats ? Cette théorie vous ne la trouverez sans doute pas sur le net car elle est absolument gratuite et fondée sur aucune preuve mais est-ce pour autant qu’elle est fausse ?

    L’assureur du World Trade Center a joué de malchance et ce dont on peut être certain c’est qu’il ne savait pas que seulement 6 semaines après avoir modifié le contrat d’assurance, les tours jumelles seraient détruites. Ceci étant, le pauvre assureur pourra se retourner sur son réassureur pour rembourser son assuré.

    Voir : Le principe de coassurance et de réassurance.

    Ce qu’il y a de positif dans l’affaire qui a opposé Larry Silverstein à son assureur, c’est que la justice a donné raison à l’assuré. Vous ne pourrez donc plus dire que les assurances ont toujours raison et qu’il ne sert à rien de se battre en justice contre une assurance. En cas de conflit avec votre assureur, vous savez ce qu’il vous reste à faire… Prenez un bon avocat et soyez sans aucune pitié !

     

  • Entretien sur le 11 septembre

    Charlie Rose

     

     

     
    07:49 Charlie Rose : Il y a maintenant un procès, et on dit que la question juridique est de savoir s'il s'agit d'un ou deux incidents. Où en sommes-nous ? Parce que la réponse à cette question signifie des milliards de dollars.

     

    08:10 Larry Silverstein : C'est le cas. Et c'est un, l'ampleur des dollars ici, un événement est de 3,55 milliards de dollars, deux événements en arrive à 6,7 milliards de dollars dans ce cas. C'est pourquoi nous menons une bataille contre les assureurs, qui voudraient éviter de payer autant qu'ils peuvent éviter. Et parce que l'argent, c'est la seule source d'argent disponible pour un bâtiment, le Trade Center, il n'y a pas d'autre source. L'argent du gouvernement fédéral est utilisé à d'autres fins, pour l'infrastructure et pour toute une gamme d'autres besoins. Besoins humanitaires. Et parce que nous sommes obligés, en vertu du bail foncier, de payer un loyer de 120 millions de dollars par année, et parce que nous sommes obligés, en vertu de ce bail foncier, de reconstruire, de remettre les dix millions de pieds carrés, les dix millions de pieds carrés et l'espace de vente au détail en dessous et ainsi de suite, nous avons tout simplement reconnu très tôt la nécessité d'exiger que les assureurs s'acquittent de leurs responsabilités en vertu des polices d'assurance. C'est ainsi que nous avons très tôt affirmé des événements multiples parce que dans ce cas, nous avons eu deux avions différents qui ont percuté deux tours individuelles, deux tours séparées, deux cadres temporels séparés, chacun d'eux, ce qui a fait tomber chaque tour indépendamment l'un de l'autre à deux cadres temporels différents, des pompiers séparés. Nous nous retrouvons donc dans cette furieuse confrontation juridique avec les assureurs, qui résistent à toutes les manœuvres possibles.


    10:13 Charlie Rose : Combien de temps cela va durer ?


    10:18 Larry Silverstein : Il est intéressant de noter que la question des événements multiples ou d'un seul événement sera entendue par la Cour d'appel fédérale ici, dans le deuxième circuit. Je pense que les plaidoiries ont lieu la semaine du 14 avril, en avril prochain. Et peu de temps après la plaidoirie, le tribunal rendra une décision.


    10:46 Charlie Rose : Un ou deux événements ?


    10:50 Larry Silverstein : Un ou deux événements. Et le procureur général a déposé, le procureur général de l'État de New York a déposé un mémoire disant clairement que la loi est claire, sans ambiguïté, qu'il s'agit d'événements multiples. Et si vous comprenez la loi, si vous comprenez la jurisprudence, je pense que le plus -- un ensemble similaire de circonstances dans lesquelles un Américain fou a mis le feu à quatre palais de justice en Californie et ceux-là, les incendies qu'il voit ont été allumés presque simultanément, et dans ce cas la politique a été couverte par les voyageurs, En Californie, les voyageurs ont fait valoir que la loi est claire et sans ambiguïté, qu'elle n'a rien à voir avec un esprit fou, un plan, une personne. Ils ont dit que la loi est clairement, quelle est la cause approximative d'une perte. Ils ont dit qu'en Californie, quatre incendies distincts ont détruit quatre bâtiments distincts et qu'il s'agissait donc d'événements multiples, et la Cour fédérale de Californie a jugé que c'était le cas. Au nom des voyageurs, ils ont convenu qu'il s'agissait d'événements multiples. Mais ici à New York, ils arrivent et se disputent le contraire. Maintenant, vous pourriez dire, pourquoi ? Eh bien, en Californie, ils étaient sur la couverture primaire, sur la couverture inférieure. Par conséquent, ils ne paieraient pas les montants qu'ils devraient payer autrement. Ils se sont très bien débrouillés en Californie. À New York, c'est l'inverse, à New York, ils sont sur les multiples couches.

     

    12:51 Charlie Rose : Tu crois que tu vas gagner ?


    12:53 Larry Silverstein : La loi est la même, en Californie et à New York, c'est la loi du pays. Et la réponse est très certainement oui, nous allons gagner plusieurs épreuves. Nous allons collecter les 6,7 milliards en règle générale nécessaires à la reconstruction du centre commercial.


    13:11 Charlie Rose : Voilà ce que je ne comprends pas. Nous venons de passer par ce processus, qui s'est terminé dans les journaux d'aujourd'hui, avec la sélection par la Lower Manhattan Development Corporation de Daniel Libeskind. Son plan pour ces 16 acres. Correct.


    13:29 Larry Silverstein : Uh-huh.


    13:32 Charlie Rose : Qu'est-ce que cela signifie ? Prenez-vous maintenant les plans de M. Libeskind et construisez-vous ce bâtiment, cette combinaison de bâtiments ? Ou faites-vous autre chose ?


    13:47 Larry Silverstein : Nous avons commencé à nous asseoir avec Dan et son épouse Nina et, soit dit en passant, ce sont des gens très, très talentueux.


    13:52 Charlie Rose : Vous avez commencé à partir d'aujourd'hui ou vous avez eu des consultations avec lui pendant une période de --


    13:57 Larry Silverstein : On a passé du temps avec Dan, on a appris à le connaître. Et j'ai travaillé avec lui. Et quand je dis nous, c'est avec nos conseillers en architecture David Childs et son groupe. Et le but est de prendre le plan de Dan, qui est d'ailleurs considérablement amélioré par rapport à ce qu'il a d'abord proposé, ce plan fonctionne brillamment.


    14:34 Charlie Rose : Parce qu'il l'a maintenant, pourquoi est-ce qu'elle s'est améliorée de façon significative ?


    14:42 Larry Silverstein : Le traitement de la zone commémorative est bien meilleur.

     

     Traduction : deepl.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

Sommaire

  1. Préparer son tour de magie
    1. 11 septembre 1990
    2. Printemps 1997
    3. 11 janvier 2001
    4. 09/2000 - 04/2001
    5. 26/04/2001
    6. 04/07/2001
    7. 24/07/2001
    8. 6 - 7/09/2001
    9. 09/09/2001
    10. 10/09/2001
    11. 11/09/2001
  2. Les avions magiques
  3. La magie des images
    • Témmoins et acteurs
    • Palettes de couleurs
    • Écrans noirs
    • Tout change entre le matin et le soir
    • Vous avez dit "images manipulées" ?!?