• Le 11 septembre 2001

    Le 11 septembre 2001

    le plus grand jour de magie de notre époque

    le plus grand jour de magie de notre époque


    4 juillet 2001

    Oussama Ben Laden rencontre la CIA en Juillet 2001

    4 juillet 2001

    Oussama Ben Laden rencontre la CIA en Juillet 2001

  • Juillet 2001 : Ben Laden rencontre la CIA à Dubaï

    Le Figaro

    Dubaï, l’un des sept émirats de la fédération des Emirats arabes unis, au nord-est d’Abu Dhabi. Cette ville de 350 000 habitants a été le théâtre discret d’une rencontre secrète entre Oussama ben Laden et le représentant de la CIA sur place, en juillet. Un homme, partenaire professionnel de la direction administrative de l’hôpital américain de Dubaï, affirme que l’ennemi public numéro un a séjourné dans cet établissement hospitalier du 4 au 14 juillet.

    En provenance de l’aéroport de Quetta au Pakistan, Oussama ben Laden a été transféré dès son arrivée à Dubaï Airport. Accompagné de son médecin personnel et fidèle lieutenant, qui pourrait être l’Égyptien Ayman al-Zawahari – sur ce point les témoignages ne sont pas formels -, de quatre gardes du corps, ainsi que d’un infirmier algérien, Ben Laden a été admis à l’hôpital américain, un bâtiment de verre et de marbre situé entre Al-Garhoud Bridge et Al-Maktoum Bridge.

    Chaque étage comporte deux suites «VIP» et une quinzaine de chambres. Le milliardaire saoudien a été admis dans le très réputé département d’urologie du docteur Terry Callaway, spécialiste des calculs rénaux et de l’infertilité masculine. Joint par téléphone à de multiples reprises, le docteur Callaway n’a pas souhaité répondre à nos questions.

    En mars 2000 déjà, l’hebdomadaire Asia Week publié à Hongkong s’inquiétait de la santé de Ben Laden, faisant état d’un grave problème physique précisant que ses jours étaient en danger à cause d’une «infection rénale qui se propage au foie et nécessite des soins spécialisés».

    Selon des sources autorisées, Ben Laden se serait fait livrer dans son repaire afghan de Kandahar l’ensemble d’un matériel mobile de dialyse au cours du premier semestre 2000. Selon nos sources, le «déplacement pour raison de santé de Ben Laden» n’est pas le premier. Entre 1996 et 1998, Oussama ben Laden s’est rendu plusieurs fois à Dubaï pour ses affaires.

    Le 27 septembre, quinze jours après les attentats du World Trade Center, sur demande américaine, la Banque centrale des Emirats arabes unis a annoncé avoir ordonné le gel des comptes et des investissements de 26 personnes ou organisations soupçonnées d’entretenir des contacts avec l’organisation de Ben Laden, notamment auprès de la Dubaï Islamic Bank.

    «Les rapports entre l’Emirat et l’Arabie Saoudite ont toujours été très étroits, expliquent nos sources, les princes des familles régnantes qui avaient reconnu le régime des talibans se rendaient souvent en Afghanistan. Un des princes d’une famille régnante participait régulièrement à des chasses sur les terres de Ben Laden qu’il connaissait et fréquentait depuis de nombreuses années.» Une liaison aérienne entre Dubaï et Quetta est d’ailleurs quotidiennement assurée par les compagnies Pakistan Airlines et Emirates. Quant aux avions privés émiratis ou saoudiens, ils desservent fréquemment Quetta où ils ne sont la plupart du temps ni enregistré ni consigné dans les registres de l’aéroport.

    Durant son hospitalisation, Oussama ben Laden a reçu la visite de plusieurs membres de sa famille, de personnalités saoudiennes et émiraties. Au cours de ce même séjour, le représentant local de la CIA, que beaucoup de gens connaissent à Dubaï, a été vu empruntant l’ascenseur principal de l’hôpital pour se rendre dans la chambre d’Oussama ben Laden.

    Quelques jours plus tard, l’homme de la CIA se vante devant quelques amis d’avoir rendu visite au milliardaire saoudien. De sources autorisées, l’agent de la CIA a été rappelé par sa centrale le 15 juillet, au lendemain du départ de Ben Laden pour Quetta.

    A la fin juillet, les douaniers émiratis arrêtent à l’aéroport de Dubaï un activiste islamiste franco-algérien, Djamel Beghal. Début août, les autorités françaises et américaines sont alertées. Interrogé par les autorités locales à Abu Dhabi, Beghal raconte qu’il a été convoqué en Afghanistan fin 2000 par Abou Zoubeida – un responsable militaire de l’organisation de Ben Laden, Al Quaida. La mission de Beghal: faire sauter l’ambassade des Etats-Unis, avenue Gabriel, près de la place de la Concorde, à son retour en France.

    Selon différentes sources diplomatiques arabes et les services de renseignements français eux-mêmes, des informations très précises ont été communiquées à la CIA concernant des attaques terroristes visant les intérêts américains dans le monde, y compris sur le territoire de l’Union. Un rapport de la DST daté du 7 septembre rassemble la totalité de ces données, précisant que l’ordre d’agir devait venir d’Afghanistan.

    En août, à l’ambassade des Etats-Unis à Paris, une réunion d’urgence est convoquée avec la DGSE et les plus hauts responsables des services américains. Extrêmement inquiets, ces derniers présentent à leurs homologues français des demandes de renseignements très précises concernant des activistes algériens, sans toutefois s’expliquer sur le sens général de leur démarche. A la question «que craignez-vous dans les jours qui viennent?», les Américains opposent un mutisme difficilement compréhensible.

    Les contacts entre la CIA et Ben Laden remontent à 1979 lorsque, représentant de la société familiale à Istanbul, il commença à enrôler des volontaires du monde arabo-musulman pour la résistance afghane contre l’Armée rouge. Enquêtant sur les attentats d’août 1998 contre les ambassades américaines de Nairobi (Kenya) et de Dares-Salaam (Tanzanie), les enquêteurs du FBI ont découvert que les traces laissées par les charges proviennent d’un explosif militaire de l’armée américaine et que cet explosif a été livré trois ans auparavant à des Afghans arabes, les fameuses brigades internationales de volontaires, engagés au côté d’Oussama ben Laden durant la guerre d’Afghanistan contre l’armée soviétique.

    Poursuivant ses investigations, le FBI découvre des «montages» que la CIA avait développés avec ses «amis islamistes» depuis des années. La rencontre de Dubaï ne serait donc que la suite logique d’une «certaine politique américaine».

  • Ben Laden et la rumeur de Dubaï

    Philippe Grangereau

    Sous le titre «Juillet 2001: Oussama ben Laden rencontre la CIA à Dubaï», le Figaro affirmait hier en Une que le «représentant local de la CIA» aurait rencontré le chef d'Al-Qaeda à l'hôpital américain de l'émirat, «où [Ben Laden] a été soigné pour une maladie rénale entre le 4 et le 14 juillet 2001». Mais l'information selon laquelle Ben Laden souffrirait de troubles rénaux avait déjà été publiée le 6 février 2000 par le journal arabe Al-Hayat. Et le directeur de l'hôpital de Dubaï, Bernard Koval, a démenti formellement auprès de l'AFP ces «informations erronées et fallacieuses». Ben Laden «n'a jamais fait partie de nos patients et n'a jamais été soigné ici», assure-t-il. Le Figaro cite en fait comme seule source «un partenaire professionnel de la direction administrative de l'hôpital» qui aurait vu le supposé «agent de la CIA [...] empruntant l'ascenseur de l'hôpital pour se rendre dans la chambre d'Oussama ben Laden». Cet agent serait «connu de beaucoup de gens à Dubaï» (sic), mais son nom n'est pas cité. Ce curieux article (qui invoque aussi pêle-mêle un «rapport de la DST» et «diverses sources diplomatiques arabes»), conclut que «la rencontre de Dubaï ne serait que la suite logique d'une "certaine politique américaine"» et va jusqu'à suggérer que la CIA était au courant des attentats qui allaient frapper le territoire américain le 11 septembre, rumeur fort répandue... à Dubaï.

  • Ben Laden et la CIA: les détails de la rencontre

    Richard Labévière

    Après les informations révélées par RFI et Le Figaro concernant une rencontre en juillet dernier entre Ben Laden et un agent de la CIA à Dubaï, l'agence américaine parle «d'absurdité totale». RFI maintient et précise ses informations.

     

    Le représentant local de la CIA qui a rendu visite à Oussama Ben Laden - le 12 juillet dernier - à l'Hôpital américain de Dubaï s'appelle Larry Mitchell. Si sa carte de visite précise qu'il est «agent consulaire», chacun sait à Dubaï, notamment dans le petit milieu des expatriés qu'il travaille sous couverture. En clair, Larry Mitchell appartient à la «grande maison», autrement dit la CIA. Lui même, du reste ne s'en cache pas...

    Bon connaisseur du monde arabe et spécialement de la péninsule, Larry Mitchell est un personnage haut en couleur qui égaie souvent les soirées un peu mornes des expatriés de Dubaï. Un de ses proches a coutume de dire que son exubérance naturelle frise souvent le «confidentiel défense». Et c'est peut-être une des raisons pour lesquelles il a été rappelé aux Etats-Unis dès le 15 juillet dernier.

    Une vingtaine de jours après les attentats du 11 septembre, dans un communiqué daté du 5 octobre 2001, la CIA qualifiait déjà de rumeurs sans fondement des informations selon lesquelles l'agence de renseignement avait eu, dans le passé des contacts avec Ben Laden et son entourage, notamment à l'époque de la guerre contre l'Union soviétique en Afghanistan. Il se trouve que ce communiqué de la CIA est en complète contradiction avec les déclarations officielles de plusieurs représentants de l'administration américaine elle-même.

    La CIA et Ben Laden: une longue histoire

    Un retour sur le passé est nécessaire et capital à double titre, tout d'abord historiquement, mais aussi parce qu'il permet de juger du sérieux de certains communiqués officiel. L'ancien directeur de la CIA, Robert Gates affirme dans ses mémoires que les services américains ont commencé a aider les moudjahidine afghans - dont les amis d'Oussama Ben Laden - six mois avant l'intervention soviétique...

    Cette affirmation qui anéantit le communiqué de la CIA du 5 octobre dernier a été confirmée par Zbigniew Brzezinski, l'ancien conseiller à la sécurité du président Carter et je le cite: «Selon la version officielle de l'histoire, l'aide de la CIA aux Afghans a débuté courant 1980, c'est à dire après l'intervention soviétique du 24 décembre 1979. Mais la réalité gardée secrète jusqu'à présent est tout autre...» et poursuit Brzezinski «c'est le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l'assistance clandestine aux opposants du régime pro-soviétique de Kaboul. Et ce jour là, j'ai écrit une note au président pour lui expliquer qu'à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des soviétiques».

Sommaire

  1. Préparer son tour de magie
    1. 11 septembre 1990
    2. Printemps 1997
    3. 11 janvier 2001
    4. 09/2000 - 04/2001
    5. 26/04/2001
    6. 04/07/2001
    7. 24/07/2001
    8. 6 - 7/09/2001
    9. 09/09/2001
    10. 10/09/2001
    11. 11/09/2001
  2. Les avions magiques
  3. La magie des images
    • Témmoins et acteurs
    • Palettes de couleurs
    • Écrans noirs
    • Tout change entre le matin et le soir
    • Vous avez dit "images manipulées" ?!?